Fusée Dorée PDF Imprimer Envoyer
Écrit par CrazyMarie   
Jeudi, 01 Décembre 2011 12:11

« Fusée Dorée » propulse vers d'autres cieux et voies musicales. Il est si aisé de s’attarder à écouter ses morceaux de rock langoureux (entre autres “Somebody Else” et “In your Throne”) sur Bandcamp, ainsi que d'autres morceaux et remix électro, où elle s'amuse avec différents sons. C’est à l’occasion d’une rencontre dans son appartement cosy amstellodamois que cet interview a pu être réalisé. Qui est donc « Fusée Dorée » ? Petit résumé pour les curieux.

 

Avec ses premiers essais, Emmanuelle, de son vrai prénom, rencontre vite d'autres musiciens avec qui elle écume les salles underground d'Amsterdam où elle réside depuis 10 ans. En même temps, elle apprend en autodidacte à jouer des instruments dont elle a besoin pour ses projets solos. Guitare, synthé, beatbox viennent accompagner la voix.  Et puis il y a  un peu plus d'un an, sur demande, elle met en musique des poèmes pour une performance à l'Institut Français. La fusée prend forme, les morceaux se multiplient et les concerts se succèdent. 

 

Les collaborations, elles aussi, se multiplient et Emmanuelle décroche même une place aux quarts de finale du Grote Prijs van Nederland (Grand Prix des Pays-Bas) et se fait inviter au Nederlands Film Festival pour participer aux rencontres jeunes talents musique et film et avec Margot Schaap, jeune réalisatrice néerlandaise ça donne ce joli clip é(roman)tique :

You need to a flashplayer enabled browser to view this YouTube video

Le label Cherry Juice Recordings a sorti deux remix cette année (juin 2011 – Un Rendez-Vous et La Carte) et Fusée Dorée chante sur deux morceaux sur DJ Motomitsu chez le même label.

« Fusée Dorée » fait donc son petit bonhomme de chemin et pour en savoir plus sur la femme et la musique, il a suffi de la rencontrer, accompagnée de quelques questions socioculturelles en bonus et gastronomiques !  Elle a donc ouvert sa porte avec le sourire d’une après-midi d'automne...


©monyart (www.monyart.com)Depuis combien de temps habites-tu ici et pourquoi es-tu venue (puis restée) aux Pays-Bas ?

J'habite à Amsterdam depuis 11 ans (septembre 2000). Je suis venue rejoindre mon chéri néerlandais que j'avais rencontré 2 ans plus tôt à Calcutta en Inde. Je suis restée parce que je l'aime toujours et que je me sens bien ici (lui aurait plus envie de bouger que moi !).

Quelle est ton expérience locale/avec les locaux ?

Au début j'ai eu un peu de mal. Je trouvais les gens brutaux, avec un humour assez glacial ou moqueur. A Amsterdam les gens ne s'excusent jamais. Ça m'horripile. Mais comme par miracle, depuis que je parle bien néerlandais, ça va beaucoup mieux… Je connais pas mal de néerlandais (par la musique ou par l'école où va mon fils par exemple) et l'évidente conclusion est qu'il y a des gens très sympa, des gens moyennement sympa et des cons, dans des proportions assez comparables à la France ou partout ailleurs. Il y a bien sûr plein des différences, certaines qui passent mieux que d'autres, certaines qui m'enchantent. C'est l'éternel sujet de conversation des expatriés du monde entier. Les Néerlandais en France doivent avoir les mêmes. Au final je me sens très bien à Amsterdam, et je commence à bien me défendre en matière d'humour.

Peux-tu nous parler de ta musique ? Quelles sont tes influences (musicales et autres) ?

Je dis que je fais de la pop semi-electro. Sur scène, je chante, je joue de la guitare électrique, du synthé, et j'utilise une loop-station pour mettre en boucles l'un ou l'autre des instruments ou la voix et lancer des beats. Seuls les beats et certaines lignes de basse sont pré-enregistrés. Mes influences sont totalement éclectiques, autant pour ce qui est du style que de l'époque. J'écoute aussi bien Kate Bush que The Kills, LCD Soundsystem ou Mulatu Astatké, Fugazi ou Stereolab, les vieux ska de Studio One, Bashung, M.I.A…

J'aime les musiques de film, et les films en général sont une source d'inspiration pour les textes et les atmosphères. J'aime qu'il y ait un peu de drame, un peu de tension, même dans un morceau pop-rock dansable.

Quand et comment t'es-tu lancée en musique ? Pourquoi ? Quels sont les projets actuels et à venir ?

J'ai commencé par créer des soundscapes vocaux pour accompagner mes installations plastiques. C'était à la fois un projet et un alibi. J'avais toujours voulu faire de la musique mais sans vraiment oser m'y mettre. Pour ça j'ai appris à me servir d'un logiciel de mixage et j'ai commencé à enregistrer ma voix, à faire des trucs purement vocaux. Assez rapidement, j'ai eu envie de rajouter des instruments donc j'ai commencé à apprendre à jouer de la guitare. C'était il y a 6 ou 7 ans. Et puis de fil en aiguille ces petites expérimentations sont devenues des morceaux qui m'ont permis de rencontrer d'autres musiciens. Depuis 6 ans, je joue avec le groupe Children SuMadre. Nous avons écumé la plupart des salles d'Amsterdam et des environs et nous sommes en train de mixer notre deuxième album.

Mais il y a 2 ans une amie prof à l'Institut Français m'a demandé de mettre en musique des poèmes français pour la présentation d'une anthologie. Cette première performance solo m'a donné envie de continuer et j'ai petit-à-petit élaboré un set de morceaux originaux.

Cette année j'ai fait beaucoup de concerts, j'ai également était sélectionnée pour les ¼ de finale du Grote Prijs van Nederland. J'ai aussi été invitée à participer au pop@film lab pendant le Nederlands Film Festival. En deux jours avec une jeune réalisatrice nous avons fait un petit clip avec ses images et ma musique. Une expérience vraiment intéressante. Et puis en Juin dernier deux remix sont sortis en single sur le label Cherry Juice Recordings et j'ai chanté sur deux morceaux du DJ japonais Motomitsu.

En décembre un de mes morceaux va figurer sur la compilation Hollandse Nieuwe de 3VOOR12.

Les projets à venir c'est :

- Travailler à un format trio pour les concerts (avec un ami multi-instrumentaliste Mario Ramirez et un autre musicien – Stéphane Serra - pour les beats et des petits samples)

- Collaborer avec d'autres musiciens (j'adore chanter sur la musique des autres)

- Mieux produire mes morceaux actuels et continuer à composer bien sûr,

- Des concerts aux Pays-Bas et en France et en Belgique.

- Il y a également sur bandcamp un album qui réunit 5 remix de mes morceaux par différents musiciens. Il y a déjà d'autres remix en cours…

Qu'est-ce qui te manque en France ?

Les apéros français, l'hospitalité spontanée à la française où on se retrouve à partager un super repas et une bonne bouteille sans avoir préparé ça des mois à l'avance. Je réalise que les Français sont vraiment accueillants et savent bien recevoir aussi bien avec simplicité qu'en grande pompe. J'ai peur d'avoir perdu cette capacité à la spontanéité.

Et qu'est-ce qui te manque quand tu es en France?

Le café !!! Dans la multitude de cafés jolis et agréables d'Amsterdam, en général le café est bon et ils savent faire un cappuccino. Et puis il y a un petit biscuit avec le café… En règle général la bière pression est meilleure aussi. C'est pas la Belgique, mais bon… En fait mon style de vie amstellodamois me manque. En France on passe son temps en bagnole et dans les supermarchés énoooormes. Je déteste ça. A la campagne, les centres des villages n'ont plus de petits commerces et tout est désormais centré autour des gros hypermarchés où l'on va en voiture. Moi j'adore tout faire à vélo, aller au marché, dans de petites supérettes de proximité. A Bordeaux, je faisais déjà ça, remarque...

Quelles sont pour toi les grandes différences culturelles ?

Le sens de l'hospitalité et, son corolaire, la bouffe. C'est pas culturel la bouffe ? Si. Ici manger c'est mettre du fuel dans le moteur. Il y a plein d'exceptions, surtout dans une ville cosmopolite comme Amsterdam. Mais en général, l'idée de passer du temps à cuisiner et à manger paraît décadente aux Néerlandais. Certainement le reflet d'une certaine culture protestante du "non-plaisir". C'est sans doute de là que vient ce manque de spontanéité et d'enthousiasme pour se "faire une bouffe". Voir article paru dans Het Parool : Les prisonniers Serbes à La Haye ont officiellement porté plainte contre la bouffe des prisons : "La bouffe néerlandaise c'est de la torture !". Excellent !

©Karel VogelzangAs-tu toujours habité à Amsterdam ? Si non, est-ce qu'Amsterdam est ta ville préférée ? Pourquoi ? Quels sont tes quartiers/bars/”cool places” favoris ?

J'ai toujours habité à Amsterdam. J'adore cette ville. C'est la taille idéale, c'est cosmopolite à souhait, il y a plein de quartiers super différents avec chacun son identité et son charme, on y fait tout à vélo, le tempo est relax, c'est beau, c'est coloré. Au printemps la lumière des canaux, les briques rouges, les petites feuilles vertes aux arbres, les bateaux, les milles réflexions des fenêtres et de l'eau, c'est à tomber.

Je pourrais parler des heures de mille coins que j'aime, des dizaines d'aires de jeux, des squats culturels. Quand j'étais prof de français, et puis avec la musique aussi, j'ai sillonné la ville en long et en travers. Je ne m'en lasse pas. Le nombre de cafés agréables dans cette ville? C'est pas normal.

Mes lieux préférés :

Delicatessen, De Nieuwe Anita, Zaal 100, OT 301 (dont le resto Peper), café Fonteyn, café Latei, restaurant Koffiehuis van de Volksbond, Bloem, Westergasfabriek (tous les cafés et resto y ont leur charme d'ailleurs), la Buurtboerderij, Dokhuis Galerie, Noordenmarkt, Roest, Artis, etc etc

Frikandel ou kroket ?

Bitterbal


D'autres remix et collaborations sont déjà en progrès et Emmanuelle a mentionné quelques dates à venir (et à confirmer) en France lors de cet interview. En attendant, pour la retrouver, c’est à Amsterdam, bien sûr ; ou sur sa page facebook. En effet, Fusée Dorée jouera ce samedi 3 Décembre au Westerpark:

 

Samedi 3 Décembre à partir de 21 heures.

Fusée Dorée au Jet Lounge

Groen van Prinsterenstraat 41 (Amsterdam)

 

Les autres dates à noter :

Le 13 janvier à une session LoFriday à Kargadoor (Utrecht)

Le 9 février à Plantage Dokhuis Galerie (Amsterdam)

Le 11 fevrier à De Nieuwe Anita (Amsterdam)

Le 3 mars à Cultuurhuis Patronaat (Heerlen)


LAST_UPDATED2