Wolfart project space - Rotterdam PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Framb'   
Jeudi, 26 Novembre 2009 12:49

Virée sur Rotterdam pour rencontrer William F Boujon, Designer / Plasticien, passionné par l’innovation technique, l’expérimentation et les préoccupations sociales. William est créateur et membre de l’association Bold-Design dont voici le site internet à découvrir sans modération. 

 

 

Ce Vendredi 4 Décembre à partir de 18h, Bold-Design organise le vernissage de l’exposition "cut/blow/hit" dans la galerie Wolfart project space située sur Rotterdam, Wolphaertstraat 25c. Avec l'exposition "cut/blow/hit", Bold présente des travaux dans lesquels le verre soufflé enlace le métal, les meubles se créent dans la violence et le papier se tisse en volumes infinis.   

 
William, tu es le créateur de Bold-design association. Peux-tu nous donner quelques détails sur toi et ton parcours ?
 
J’ai fait des études techniques, découvrant l’univers de la fabrication, les ateliers et les outils qu’ils soient manuels ou numériques. C’est plus tard que je me suis intéressé à l’art dans son ensemble et surtout à l’apport cérébral et émotionnel de celui-ci. J’ai continué dans cette voie, et ai été diplômé de L’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Reims. Finalement le design c’est imposé naturellement à moi, alliant Technique et Technologie à la recherche plastique et l’émotion. A la sortie des études nous avons monté l’Association « Bold » avec Julien Benayoun et Léa Longis tout deux également issus des bancs de l’école à Reims.
 
Tes produits sont très originaux, d’où vient cette passion, cette inspiration qui amène la particularité de tes projets ?
 
Chaque projet est une nouvelle histoire. L’inspiration n’a rien à voir avec une illumination qui surgirait et nous ferait crier « Eureka! ». Il s’agit d’un long procédé fait d’observations, de réflexions, de rencontres et d’échanges. C’est dans cette démarche que les « choses » sont conçues chez « Bold ».
Mes centres d’intérêts sont larges, et se voient décuplés avec « Bold ». La technologie, les sciences, l’artisanat, la santé ou les préoccupations sociales sont autant de domaines passionnant qui permettent de débrider notre créativité.
 
 
Bold Design regroupe les travaux de trois designers, comment travaillez-vous ?
 
« Bold » est basé sur Paris. J'ai cependant rejoint les Pays-Bas afin de diversifier mes sources d'inspiration.
Nous avons tous les trois commencé à travailler indépendamment sur des projets personnels, avec nos propres langages plastiques et méthodes. Aujourd’hui, nous développons des projets communs nourris par nos différentes personnalités, désirs et perceptions.
Entre Rotterdam et Paris la communication n’est pas si complexe, essentiellement grâce au web. Nous échangeons chaque jour sur nos projets et nous retrouvons régulièrement sur Paris.
 
Pourquoi les Pays-Bas ?
 
Pour moi comme pour les autres membres de « Bold », nous avons une longue histoire avec les Pays-Bas.
C'est lors d'une poursuite de cursus que nous avons effectués il y a 2 ans à l’AKI à Enschede que nous avons effectivement commencé à travailler ensemble et dessiné les contours de l’association.
Puis, l’approche et la liberté présentes dans les domaines de l’art et du design aux Pays-Bas m’ont toujours interpellés et je voulais les comprendre et m’en inspirer.
 
 
Peux-tu nous parler un peu plus de l’exposition « cut/blow/hit » ? D’ailleurs, pourquoi ce nom ?
 
« Cut/Blow/Hit » est la première exposition que « Bold » réalise et conçoit dans son ensemble.
La Galerie « Wolfart project space » nous a proposé non seulement d’exposer, mais de penser l’ensemble de l’exposition, ainsi que de concevoir pour celle-ci des éléments scénographiques pour donner vie au lieu.
Cette exposition est donc une présentation de trois de nos projets que l’on pourrait considérer comme du « design expérimental », une présentation de « bold », mais aussi un projet à part entière.
L’un des projets présente un travail de longue haleine sur le tissage et le papier. L’autre interroge sur nos comportements, les méthodes de fabrication du mobilier qui nous entoure. Le dernier met à l’épreuve les procédés de fabrication du soufflage de verre traditionnel. 
 
Concernant le nom de l’exposition, il regroupe et évoque la clarté et l’innocence de l’expérimentation. Et quoi de plus direct et expressif que ces actions ?
 
 

 

 

LAST_UPDATED2