L’eau – L’ennemi et l’ami des Pays-Bas Imprimer Envoyer
Écrit par Guido   


Le territoire des Pays-Bas est situé pour moitié à un mètre en dessous du niveau de la mer. C’est pourquoi depuis des siècles déjà les Néerlandais luttent contre les eaux, et c’est pour cette raison qu’ils ont créé des ‘waterschappen’, des administrations régionales des eaux qui s’occupent principalement de la protection contre les inondations. Pourtant l’eau n’a pas toujours été l’ennemi des Hollandais. Parfois ce fut même un ami qui a aidé à combattre un autre ennemi, comme les Français dans le passé. 

Au 16ème siècle, pendant la guerre d’indépendance qui séparait les Provinces-Unies du Royaume Espagnol, les rebelles néerlandais ont eu l’idée d’utiliser les caractéristiques spécifiques de leur pays: le terrain est plat et se situe plus bas que les rivières qui l’entourent et peut donc facilement être inondé afin d’arrêter ou de déloger des armées ennemies.    

Au cours de l’année désastreuse de 1672, la France, l'Angleterre, l'évêché de Münster et de Cologne déclarent la guerre aux Provinces-Unies. Les armées de Louis XIV sont arrêtées par l’inondation spontanée de polders bas. Le sud est protégé par les grandes rivières (Lek, Waal, Meuse, Merwede) et sur mer l’amiral Michiel de Ruyter réussit à tenir à distance la flotte de guerre anglo-française. Après avoir repoussé avec succès les attaques, les Néerlandais décident de mettre en place une ligne de défense permanente afin de protéger la puissante et riche province de Hollande contre des attaques venant de l’est: la ‘ligne d'eau de Hollande’, ‘Hollandse Waterlinie’ en néerlandais.   

La ligne d'eau fonctionne en inondant volontairement des plaines afin de limiter les possibilités de déplacement d'éventuels envahisseurs. A cette fin une ligne d’ouvrages fortifiés fut construite derrière les polders qu’on pouvait inonder en temps de menace de guerre. Avec des écluses d’inondation dans les digues on pouvait régler la profondeur des inondations: trop peu profond pour les bateaux, mais assez profond pour transformer le sol en un marais impraticable.  

 

Ecluse d’inondation dans la digue sud de la rivière Linge près d’Asperen   

 

En 1794 les Français attaquaient à nouveau les Provinces-Unies. Malheureusement, l’hiver vint en aide aux envahisseurs. Les armées du général Pichegru purent se déplacer sur les terres inondées gelées de la ligne d'eau de Hollande jusqu’à Amsterdam.  

Après le départ des Français en 1815 une nouvelle ligne d’eau fut mise en place: la ‘nouvelle ligne d’eau de Hollande’, ‘Nieuwe Hollandse Waterlinie’ en néerlandais, qui inclut la ville d’Utrecht. De plus, autour d’Amsterdam fut construite la ‘ligne d’Amsterdam’ (‘Stelling van Amsterdam’ en néerlandais). Dans les plaines d’inondation ce n’était pas permis de construire des bâtiments en pierre. Toutes les constructions dans ces zones devaient pouvoir être facilement démolies en temps de guerre afin de garantir une zone de tir libre au-dessus de l’eau.

Avec ces lignes d’eau fortifiées la Hollande et surtout Amsterdam étaient quasiment imprenables. C’est pour cela qu’on dit que ces lignes d’eau de Hollande furent la raison principale pour laquelle les Pays-Bas purent rester neutre pendant la Grande Guerre.  

Fortification à Spaarndam, ligne d’Amsterdam


En mai 1940 l’Allemagne envahissait les Pays-Bas et l’armée néerlandaise inonda quelques terres, mais ces inondations n’étaient pas de force à se mesurer avec l’armée allemande, qui pouvait survoler l’eau avec ses avions. En 1954 la fonction militaire des lignes d’eau de Hollande fut donc supprimée. A partir de ce moment-là, des villes comme Utrecht purent enfin faire des projets d’urbanisme vers l’est…  



Les diverses lignes d’eau de Hollande (source: Fort Asperen)