Chacun cherche son chez soi PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Angie   
Dimanche, 15 Février 2009 00:50
Contrairement aux apparences, les Pays-Bas ne constituent pas un pays complètement homogène. Chaque ville de quelque importance possède sa propre personnalité, son identité guidée par un environnement variable et des conditions qui la rendent unique. La proximité entre ces différents lieux n’en rends pas moins ces particularités notables avec pour conséquences des rythmes de vie à part, des ambiances et des affinités différentes.
 

Amsterdam, capitale et centre d'affaires économiques. Ici, le tourisme est roi et le français est par définition un touriste et pas un des plus agréable. Il paraît ardu de s’y faire une autre place que celle véhiculée par les « ptis djeunz » que le Thalys vomit le Vendredi soir pour les ravaler le Dimanche après-midi, les yeux rouges d’avoir profité de la capitale européenne de la débauche. C’est dommage car Amsterdam a bien plus à offrir que cela et que le moindre accent étranger attire la méfiance et/ou la convoitise des autochtones mais comment leur en vouloir ?

 

 

Den Haag, centre de l’Europe où se concentrent les organisations internationnales (CPI, Europol, EPO). Ici, la francophonie semble être épargnée des clichés cités précédemment. Den Haag constitue le milieu urbain le plus familial et dynamique des Pays-Bas. A proximité de la mer, elle offre des alternatives ludiques aux soirées arrosées du Fidler. Den Haag reste une ville de flux qui voit aller et venir chaque année ses lots de stagiaires et d’au pair.

 

 

Rotterdam, cosmopolite et ultra moderne centrée sur un des ports les plus importants de l'histoire. Ici, le français est avant tout un expat parmi les autres expats. Cela rend la ville des plus internationales. C’est d’ailleurs ce que certains néerlandais lui reprochent, ne la trouvant pas assez « néerlandaise » à leur goût. Et c’est une chance car effectivement Rotterdam se distingue par sa diversité, ses couleurs, ses anachronismes, en un mot, sa richesse.

 

 

Groningen, isolée où les étudiants sont rois. Ici, les gens sont un peu à part. Le rythme s’est adapté au système des bars qui ne ferment pas, les sorties commencent entre 23h et minuit pour finir aux petites lueurs du matin. La ville est à 2 ou 3h des autres et tient à son indépendance. La gezellig attitude y est reine et ce secret batave n’a même pas besoin d’être jalousement gardé car qui irait si loin pour un tel petit trésor ?

 

 

 


La liste est encore longue : Utrecht, Nijmegen, Maastricht, Leeuwarden, etc… mais à quoi servirait de multiplier les exemples ? Chaque ville possède naturellement son unicité et le seul moyen de ressentir, de vivre cette richesse, c’est d’aller en user les trottoirs pour y goûter. Alors voici le site de la NS et bon voyage !

LAST_UPDATED2